5 astuces pour localiser une vidéo avec succès

Bonnes pratiques

Vidéaste filmant du contenu vidéo localisé avec une caméra

Faites-vous partie des 87 % de professionnels du marketing en ligne qui utilisent des contenus vidéo ? Si oui, il est indispensable que ces contenus touchent un public aussi large que possible. Et pour parvenir à vos fins, le meilleur moyen est encore de les localiser. En effet, seuls 20 % des habitants de la planète parlent anglais. Qui plus est, il est tout naturel de préférer regarder une vidéo adaptée à son pays et dans sa langue. En créant du contenu multimédia adapté à la langue et à la culture locale, vous êtes en mesure de proposer à vos clients internationaux une meilleure expérience utilisateur – un argument de poids au moment de pénétrer un nouveau marché.

Il est judicieux de ne pas perdre de vue la localisation finale de la vidéo et de prévoir une certaine souplesse lors de l’étape de conception pour faciliter l’adaptation et obtenir un résultat plus professionnel. 

Besoin de conseils pour une localisation réussie ? Lisez les cinq astuces ci-dessous : 

1. Choisissez entre sous-titres et doublage 

Pour localiser votre vidéo, vous pouvez opter soit pour des sous-titres, soit pour un doublage. Comment savoir quelle prestation vous correspond le mieux ? Tout dépend de la nature de votre contenu, de sa destination finale... et de votre budget. Un doublage nécessite plus de temps et d’effort, et sera donc plus onéreux que le sous-titrage. Acolad vous aide à trouver une solution parfaitement adaptée à vos projets de localisation de vidéo et aux besoins de votre entreprise.

2. N’oubliez pas de traduire les images et le texte à l’écran

Des images et du texte apparaissent à l’écran ? Ils doivent être en langue cible également ! Dans ce cas précis, le doublage est peut-être plus pertinent que le sous-titrage : le spectateur ne saura plus où donner de la tête s’il a trop à lire dans la vidéo. 

3. Tenez compte du nombre d’intervenants

Si votre vidéo donne la parole à de nombreuses personnes, il est préférable de les faire doubler (si possible par un professionnel compétent pouvant moduler sa voix) pour permettre au spectateur de mieux les distinguer – des sous-titres ne feraient que leur compliquer la tâche !

4. Pensez au sous-titrage en amont

Selon la langue cible souhaitée, la longueur des sous-titres changera du tout au tout. En allemand, par exemple, le taux de foisonnement est de 30 % par rapport à l’anglais. Par conséquent, n’oubliez pas de laisser suffisamment d’espace sur l’écran pour que le texte traduit reste lisible. Si vous comptez insérer des sous-titres, tâchez de concentrer l’action au-dessus du tiers inférieur de l’image, l’objectif étant qu’ils puissent être ajoutés sans affecter le contenu de la vidéo. Acolad propose à ses clients des services de traduction audiovisuelle depuis de nombreuses années – qualité finale garantie ! 

5. Prévoyez du temps dans la vidéo pour l’intégration du doublage

Au moment de tourner la vidéo, il est conseillé de ne pas enchaîner trop rapidement les interventions ou de demander aux intervenants de parler plus lentement dans l’éventualité où le contenu audio en langue cible serait plus long qu’en langue source. Vous aurez ainsi plus de latitude à l’étape de traduction, et le résultat final n’en sera que plus naturel ! Structurer vos scripts audio à l’aide de time codes est également très pratique pour les acteurs, qui sauront dès lors les limites à ne pas dépasser lorsqu’ils parlent. 

 

Outil précieux pour investir de nouveaux marchés, la localisation met à votre disposition des contenus vidéo adaptés en langue cible pour que votre entreprise trouve écho auprès des locuteurs natifs concernés. Grâce à ces astuces, vous êtes en passe de créer d’excellents contenus vidéo localisés !