Traduction automatique neuronale : tout ce que vous avez besoin de savoir

Technologie

Non, vous ne rêvez pas : il est désormais possible de traduire automatiquement un contenu d’une langue vers une autre. Mais qu’en est-il de l’efficacité de cette méthode ? Quelles conditions faut-il remplir pour pouvoir adopter la traduction automatique neuronale ? 

L’objectif de cet article est de démystifier la traduction automatique et de vous fournir toutes les informations nécessaires pour que vous puissiez décider si cette solution est susceptible de vous convenir. 

 

Qu’est-ce que la traduction automatique et comment fonctionne-t-elle ? 

Commençons par énoncer quelques définitions élémentaires. La traduction automatique est le processus de conversion d’un texte d’une langue vers une autre par ordinateur, à l’aide d’au moins l’une des méthodes suivantes : 

  • La traduction automatique à base de règles (RBMT pour Rule-based machine translation en anglais) utilise les règles linguistiques et grammaticales qui régissent les langues concernées ainsi que des dictionnaires spécifiques pour produire un texte en langue cible. 
  • La traduction automatique statistique (SMT pour Statistical machine translation en anglais) génère un document traduit en se basant sur des modèles statistiques obtenus grâce à l’analyse de bases de données multilingues volumineuses (ou corpus de textes bilingues). 
  • La traduction automatique neuronale (NMT pour Neural machine translation), la méthode dominante actuelle, utilise les réseaux de neurones artificiels pour fournir des traductions plus exactes, plus rapidement.   

 

À quel niveau d’exactitude doit-on s’attendre avec la traduction automatique neuronale ? 

La qualité d’un résultat de traduction automatique dépend de plusieurs facteurs : 

  • la configuration du moteur de traduction automatique 
  • la qualité du texte source 
  • le domaine du texte source 
  • la paire de langues concernée 
  • la quantité de contenu déjà traduit disponible pour l’entraînement 

Même lorsque les facteurs ci-dessus sont optimisés, rien ne garantit que le résultat de la traduction automatique sera dépourvu d’erreurs, voire d’erreurs importantes.  

C’est pourquoi la traduction automatique seule, généralement appelée TA brute ou non éditée, n’est utilisée que dans des cas spécifiques. Le niveau de tolérance des contresens potentiels et autres erreurs contenues dans le résultat de la TA doit être défini à l’avance.  

La traduction automatique non éditée devient alors un outil puissant de traitement de projets volumineux ou à budget limité devant être traduits rapidement.  

Lorsque les erreurs potentielles de traduction automatique ne sont pas tolérées, les prestataires de services linguistiques recourent à des processus intégrés qui combinent la TA et la post-édition humaine du texte traduit automatiquement.  

 

Comment fonctionne la post-édition de traduction automatique neuronale ? 

La post-édition est une relecture approfondie d’un texte traduit par un moteur de traduction automatique. Le glossaire et les mémoires de traduction disponibles sont intégrés dans le processus, et le post-éditeur s’assure que la terminologie approuvée a bien été utilisée.  

Le processus de post-édition est différent du processus de révision. La révision consiste dans l’examen secondaire (assurance qualité) d’une traduction de qualité déjà supposée conforme à toutes les spécifications et instructions.  

La post-édition, quant à elle, s’apparente davantage à la traduction initiale, excepté que le post-éditeur peut s’appuyer sur la traduction automatique pour accroître sa productivité. Pendant le processus de post-édition, les post-éditeurs s’assurent du respect du ton, de la terminologie et des autres exigences linguistiques, comme ils le feraient pour une traduction humaine.  

Il est important que le post-éditeur dispose des compétences requises pour traiter les contenus traduits automatiquement. Nos post-éditeurs sont formés et nous sommes certifiés ISO 18587:2017 pour la post-édition. 

 

Comment la traduction automatique neuronale fonctionne-t-elle avec les outils de TAO (traduction assistée par ordinateur) ? 

La traduction automatique est intégrée dans le processus de traduction au sein de l’outil de TAO. Les remontées de la mémoire de traduction priment sur la traduction automatique et sont proposées au traducteur le cas échéant. Le moteur de traduction automatique pré-traduit le nouveau contenu pour lequel aucune correspondance n’a été trouvée dans la mémoire de traduction.  

Vous trouverez ci-dessous le processus global d’un projet de traduction traité via NMT : 

Neural machine translation process

Dans quels cas la traduction automatique neuronale est-elle utilisée ? 

Lorsque la post-édition est envisageable pour nos clients, nous leur proposons les niveaux de prestation suivants en fonction des différents cas de TA : 

Traduction automatique neuronale non éditée : le texte traduit via NMT est livré au client sans qu’aucune intervention humaine ait été faite sur le document final. Nous ne recommandons cette option que lorsqu’une compréhension globale du texte est requise. Des trois niveaux de prestation présentés ici, celui-ci est le moins onéreux, car il nécessite moins de ressources et une configuration initiale moins avancée. 

Poste-édition de traduction automatique neuronale : ce niveau de prestation est idéal pour les textes devant être publiés ou diffusés à grande échelle. Les traducteurs humains qui interviennent sur le texte vérifient le contenu traduit automatiquement de façon exhaustive pour s’assurer qu’il est adapté au public visé, que le ton et le style conviennent à l’utilisation qui en sera faite et qu’il a le même sens que le texte source.  

 

Quelles conditions faut-il remplir pour pouvoir adopter la traduction automatique neuronale ? 

Pendant longtemps, l’utilisation de processus de traduction automatique intégrés n’était pertinente que pour certains types de contenus et un nombre limité de combinaisons linguistiques. Mais les technologies n’ont cessé d’évoluer, ce qui nous permet désormais de fournir des traductions de meilleure qualité dans davantage de paires de langues, et ce, quelle que soit la nature du contenu. Une analyse des types de contenu et des besoins de traduction permet d’identifier clairement dans quel contexte la traduction automatique profitera le plus au processus de traduction.      

 

Quelles économies pouvez-vous réaliser avec la traduction automatique neuronale ? 

Si beaucoup pensent le contraire, la traduction automatique ne réduira pas radicalement votre budget de traduction (sauf si vous choisissez de privilégier les contenus non post-édités). Selon votre situation, vous serez néanmoins susceptible d’économiser jusqu’à 50 % sur vos coûts de traduction. 

Êtes-vous prêts à passer à la vitesse supérieure ? 

Si vous pensez que nos solutions de traduction automatique pourraient profiter à vos processus de traduction, n’hésitez pas à nous consulter ! Nos experts sont là pour étudier avec vous votre contenu et vous recommander la meilleure technologie adaptée à vos flux de travail de traduction. 

 


Méthodes d’évaluation qualité de la traduction automatique  

Comprendre les différentes approches de l’évaluation qualité de la traduction automatique et leur incidence sur vos projets de traduction et de localisation.

Lire l’article